Ces plantes qui auraient voulu faire autre chose de leur vie

Si je vous dis « plante », vous allez imaginer quelque chose qui ressemble à ceci :

Voilà un exemple type (dessiné de peine et de misère par votre humble serviteur) d’une plante à fleur, ou angiosperme. Des racines, une tige, des feuilles, et une inflorescence — tout semble en ordre. Pour faire changement, on peut s’amuser à ajuster certains paramètres (longueur des tiges, forme des feuilles, couleur des fleurs, saveur des fruits, présence de substances vénéneuses), mais on s’éloigne rarement du schéma de base.

Il y a d’autres sortes d’angiospermes qui ont l’air tout à fait normales sans trop ressembler au dessin ci-dessus. La plupart des arbres, par exemple. Ou les cactus. Ou les divers légumes dont l’une des parties est exagérée, comme la racine (carotte), les feuilles (oignon) ou la fleur (chou-fleur1On va se le dire, c’est vraiment bizarre un chou-fleur quand on y pense, ça ressemble à un hybride de cerveau, de corail et de mousse pour le bain et certainement pas à un légume, mais ça goûte pas pire bon pareil.). Les angiospermes représentent la vaste majorité des espèces de plantes (environ 90%), donc on peut s’attendre à une certaine diversité.

Au-delà des plantes à fleurs, on a les gymnospermes — les plantes à « graines nues », qui ne font pas de fleurs. Les conifères forment l’essentiel de ce groupe2Les arbres à fleurs et les conifères ne sont pas de proches parents — ce qui signifie que les caractéristiques qu’on associe aux arbres, comme le bois, ont évolué indépendamment à plusieurs reprises.. Les gymnospermes et les angiospermes forment ensemble le groupe des plantes à graines, lesquelles coexistent avec des plantes qui se reproduisent à l’aide de spores, comme les fougères. Tous ces végétaux possèdent un système vasculaire pour transporter la sève, ce qui leur permet de s’élever loin du sol et d’atteindre une taille considérable, mais il existe aussi des plantes plus « primitives »3J’hésite à utiliser le mot « primitif » quand je parle d’évolution, parce qu’il est si facile de comprendre « inférieur » alors que ça signifie seulement « ancien ». Les mousses sont aussi évoluées que les êtres humains, puisque ces deux formes de vies coexistent; mais elles sont beaucoup plus anciennes que nous, et certainement moins complexes, et donc plus « primitives ». qui n’ont pas cette innovation, comme les mousses4Plus profondément dans la généalogie des végétaux, on retrouve d’autres formes de vies capables de faire de la photosynthèse, mais qui ne sont généralement pas considérées comme des plantes. C’est le cas des algues et de nombreux microbes (dont les charmantes cyanobactéries). Le terme « végétal » englobe ces organismes-là.5Oui je sais ça commence à faire beaucoup de notes je pense qu’environ la moitié de mon texte jusqu’ici est dans les notes que voulez-vous j’aime ça.

On peut résumer toute l’évolution des plantes par un dessin simplifié et tout croche d’arbre phylogénétique :

Il existe donc une grande diversité botanique, mais tout le monde s’entend pour dire que tout ce qui se trouve dans le paragraphe précédent est une plante. Ce n’est pas compliqué, être une plante. Si c’était une job, l’affichage de poste ressemblerait à ceci :

QUALIFICATIONS

  • Diplôme en photosynthèse
  • Être vert (un atout)

DESCRIPTION DES TÂCHES

  • Transformer l’énergie solaire en nutriments
  • Absorber du CO2 et émettre de l’oxygène
  • Rester immobile pendant de longues périodes

Et pourtant, de nombreuses plantes échouent magistralement à satisfaire ces quelques conditions. Elles avaient un CV en or. Elles ont été super en entrevue. Elles ont été engagées, et deux semaines plus tard il est devenu apparent qu’elles sont totalement incompétentes ou qu’elles passent le plus clair de leur temps à rêver faire autre chose de leur vie — mais elles gardent leur travail parce ça paye et c’est prestigieux, être une plante (en tout cas plus qu’être un champignon ou une algue ou, pire, un lichen).

Sans plus tarder :

 

Plantes qui font leur travail, mais qui envisagent un changement de carrière

Ces plantes ressemblent encore à des plantes. Mais secrètement, leur souhait le plus cher est de faire autre chose de leur vie. Avoir une tige et des feuilles et rester là à faire de la photosynthèse, c’est trop mainstream pour elles.

La plante qui aurait voulu être une barge

Les nénufars6Je ne suis ni pour ni contre la « nouvelle » orthographe de 1990, mais je trouve encore bizarre d’écrire « nénufar » avec un F plutôt qu’un Ph. Mais Ph ne sert en français qu’à retranscrire le phi grec, et comme le mot nénufar est d’origine arabo-persane, ça n’a pas rapport là!, à la base, sont aux plantes ce que les baleines sont aux mammifères : ils ont ressenti l’appel de l’eau originelle et sont devenus aquatiques. Rien de mal à ça, jusqu’à ce que tes feuilles atteignent 3 mètres de diamètre, ressemblent à des assiettes à tarte et soient capables de supporter le poids d’un bébé ou d’un héron. Rendu là, tu pourrais simplement être un bateau plutôt que de te complaire dans tes illusions.

Victoria amazonica7Source photo 1. Photo 2 par votre humble serviteur, prise dans la serre tropicale d’Uppsala en Suède.

Le cactus qui a envie d’être la barbe du père Noël

Il s’appelle Cephalocereus senilis (ce qui signifie quelque chose comme « tête de cire sénile ») et il n’a pas compris qu’être couvert de la tête aux pieds par des poils blancs est un trait hautement indésirable, sauf si vous ambitionnez de faire croire aux enfants qu’un étranger âgé et obèse a décidé de s’inviter au party de Noël familial pour leur donner des cadeaux sans rien demander en retour. Il faut croire que c’est ça son but dans la vie. C’est correct, je ne juge pas.

Cephalocereus senilis et ses amis8Source

Les plantes qui souhaiteraient faire partie de l’arsenal d’un exterminateur d’insectes

J’ai toujours eu une fascination pour les plantes carnivores. Quand t’es une plante, t’es censé puiser tes oligoéléments dans le sol avec tes racines. C’est ça qu’on attend de toi et c’est ça que presque toutes les plantes font. Mais les plantes carnivores rejettent les étiquettes imposées par la société. Pour elles, tuer, digérer et absorber des insectes ou de petits animaux aquatiques, ce n’est pas seulement normal — c’est une façon d’exprimer leur identité.

Les plantes carnivores emploient une variété de moyens pour assouvir leurs instincts meurtriers :

Engluer leur proie :

Drosera anglica9Source

Se refermer comme un piège à ours :

Dionaea muscipula10Source

Attirer la proie dans un abysse aux parois tapissées de poils orientés vers le bas pour l’empêcher de remonter :

Sarracenia purpurea11Source

Être un aspirateur12Magnifique effet sonore d’aspiration à 54 secondes.

La plante qui se prend pour Cthulhu, archiprêtre des Grands Anciens et seigneur de la cité engloutie de R’lyeh

Plus jeune, cette plante a lu H.P. Lovecraft et a décidé que quand elle serait grande, elle serait la divinité cosmique tentaculaire appelée Cthulhu. Comparons :

Cthulhu (interprétation)13Source

Welwitschia mirabilis14Source

OK, il reste à Welwitschia mirabilis à se faire pousser des ailes de dragon, à mesurer plusieurs centaines de mètres et à distordre les dimensions de l’Univers, mais disons qu’elle est bien partie. Tout comme Cthulhu, elle est très ancienne : certains spécimens ont plus de 1000 ans, et l’espèce est parfois appelée « fossile vivant » parce qu’elle est la seule survivante d’un groupe de gymnospermes préhistorique. Tout comme Cthulhu, elle se réveillera quand les astres seront propices et ravagera le monde.

 

Plantes qui combattent la banalité de leur quotidien par une passion pour le cosplay

Il s’agit d’orchidées, et elles font preuve de beaucoup de créativité pour avoir un peu d’évasion pendant la fin de semaine et éviter de penser à leur boss déplaisant ou à la couleur grise des murs de leur bureau.

Les plantes qui se déguisent en abeille

Ophrys apifera a perfectionné son costume : elle imite à la fois l’odeur et l’apparence d’abeilles femelles afin d’attirer les mâles et être ainsi pollinisées. C’est donc la sélection sexuelle qui a motivé l’élaboration de ce déguisement. Ce qu’Ophrys apifera n’a pas prévu, c’est que les abeilles dont elle imite l’apparence et le parfum ne vivent qu’en région méditerranéenne, et les spécimens qui poussent trop au nord doivent recourir à l’autofécondation. Ça, c’est comme porter ton costume d’Halloween au mois de février, te demander pourquoi personne ne te donne de bonbons, et aller les acheter toi-même au dépanneur du coin.

Ophrys apifera15Source

La plante qui se déguise en héron

Cette orchidée rêve de voler. Elle a donc décidé de se faire passer pour une grande aigrette (une sorte de héron). J’ai des nouvelles pour toi, plante. Ça ne marchera pas. Tu es une plante. Tu as des racines. Arrête de te raconter des histoires et fais juste ta job de plante.

Pecteilis radiata16Source

La plante qui se déguise en petit bonhomme tout nu

De loin, cette plante apparaît tout à fait ordinaire.

Orchis italica17Source

Zoomons sur une fleur.

Orchis italica18Source

Se déguiser en être humain de sexe masculin, à la peau mauve, et sans vêtements à l’exception d’une sorte de chapeau bizarre avec trois pans de tissu qui partent dans toutes les directions, sans oublier les organes génitaux bien visibles. Pourquoi pas.

 

Plantes qui ont abandonné toute prétention de ressembler à une plante

Jusqu’ici, on est d’accord pour dire qu’on avait affaire à des plantes. Des plantes qui se pensent un peu trop originales, certes, mais qui respectent globalement le schéma que j’ai dessiné en début d’article. Les spécimens qui suivent sont des rebelles, et ils s’en contrebalancent, de mon schéma.

La plante qui voulait être un champignon parasite

« La chlorophylle? Très peu pour moi », s’est dit le monotrope en sortant du cours d’éducation au choix de carrière.

Ses parents ont essayé de l’en dissuader. « La chlorophylle est indispensable, a dit son père. Sans elle, tu vas te retrouver dans la rue et tu vas revenir nous voir en nous suppliant de te reprendre sous notre aile. »

« Comment feras-tu pour manger? a demandé sa mère, inquiète. Comment synthétiseras-tu ton glucose, sans chlorophylle pour capter la lumière du soleil? »

Le monotrope n’en a fait qu’à sa tête. En faisant des recherches, il a découvert le parasitisme. D’habitude, ce sont les champignons qui en sont les champions, pas les plantes. Qu’à cela ne tienne, le monotrope a persisté. Il a trouvé ses maîtres à penser, comme le gui :

Phoradendron juniperinum en train de parasiter Juniperus occidentalis19Source

Ou les cuscutes :

Cuscuta (c’est le truc orange et il parasite la plante verte)20Source

Ou cette chose :

Sarcodes sanguinea21Source

Il existe plusieurs autres espèces de plantes parasites, et nous y reviendrons, parce qu’abandonner la photosynthèse et profiter du dur labeur d’autres organismes est une excellente façon de devenir bizarroïde. Quant au monotrope, le voici :

Monotropa uniflora22Photo prise par votre humble serviteur à l’Observatoire du Mont-Cosmos

Il pousse dans l’humus des sous-bois, se nourrit à même les champignons souterrains qui tirent leur énergie des arbres, et ressemble franchement à un fantôme de plante. Et malgré tout, il fabrique de petites fleurs délicates en forme de clochette. Essaies-tu de nous faire croire que tu es une plante normale, monotrope? Si oui, tu ne trompes personne.

La plante qui est en réalité une roche

J’ai quand même pas mal de respect pour Lithops. On a tous déjà rêvé, dans un moment de crise existentielle, d’être une roche. Eh bien Lithops, elle, ne s’est pas contentée de rêver. Elle est devenue une roche.

Lithops sp.23Source

Si vous doutez qu’il s’agisse vraiment d’une plante, sachez que Lithops est capable de produire des fleurs qui ressemblent à s’y méprendre à du pissenlit :

Lithops sp.24Source

Il en existe plus d’une centaine d’espèces, ce qui permet aux amateurs de créer de jolies collections. Je sais pas pour vous, mais je trouve que ç’a l’air relaxe, être un Lithops. La prochaine fois que je traverserai une crise existentielle et souhaiterai être une chose beaucoup moins compliquée qu’un humain, je formulerai le vœu de me réincarner en Lithops.

 

Plantes avec des fantasmes franchement malsains

Avertissement : certaines des plantes suivantes peuvent déranger, choquer, dégoûter, ou plus généralement vous convaincre que la nature n’est pas un endroit tellement fréquentable en fin de compte.

La plante qui ressemble aux lèvres d’une matante trop maquillée

Imaginez que vous vous promenez dans la rue et qu’une madame de 58 ans s’emploie à tendre des lèvres rouge sang envers tous ceux qui passent à proximité.

Psychotria elata25Source

Agréable vision, n’est-ce pas?

La plante qui voudrait être une toilette

Au royaume des plantes carnivores, la famille des népenthès occupe une place à part. Comme la sarracénie pourpre illustrée plus haut, les népenthès possèdent des urnes où vont se noyer des insectes — mais certaines espèces de grande taille peuvent tuer et digérer des proies beaucoup plus conséquentes, comme des lézards et même de petits mammifères.

Prenons un moment pour réfléchir au fait que des plantes mangent des mammifères.

Encore plus dérangeant toutefois est le fait que certains népenthès n’aiment rien de plus que se nourrir d’excréments. Et je ne parle pas de simplement profiter des éléments nutritifs contenus dans la merde des animaux qui chient à proximité. Ça, c’est normal, c’est le cycle de la vie. Non, je parle de ceci :

Nepenthes rajah26Source

Cette plante sécrète un nectar dont raffole le toupaye (le petit mammifère dans la photo). Pendant que l’animal mange, il défèque; la plante comble ainsi tous ses besoins en azote. Nepenthes rajah27ainsi que d’autres espèces parentes, comme Nepenthes lowii a évolué pour devenir une toilette. Et je suis sûr qu’il y prend plaisir, en plus.

La plante phallique et nécrophile

De la scatologie il n’y a qu’un pas pour parvenir à la nécrophilie. Un certain nombre de plantes ont choisi, comme stratégie reproductive, d’émettre une odeur de viande pourrie afin d’attirer mouches et scarabées pollinisateurs. En anglais, on les appelle corpse flowers à cause de leur parfum de cadavre. Pourquoi, si ce n’est parce qu’elles ont une passion morbide pour les corps en décomposition?

L’arum titan est de celles-là. Je n’ai jamais eu la (mal)chance de humer son délicat parfum, mais selon Wikipedia il y a là-dedans des composés chimiques présents dans le poisson pourri, les chaussettes moites, les selles humaines et le fromage Limburger, entre autres.

Miam.

Ah, et tant qu’à sentir hyper mauvais, pourquoi ne pas en profiter pour posséder l’une des plus grandes inflorescences du monde et avoir une forme digne du nom de « phallus amorphe »?

Amorphophallus titanum28Source

La plante nécrophile parasite beaucoup trop grosse pour la ligue

Amorphophallus titanum possède une rivale non seulement quant à son odeur, mais aussi quant à sa taille. Si vous êtes un amateur de records du monde (ou de Pokémon), vous connaissez sûrement Rafflesia, un groupe comprenant Rafflesia arnoldii, la plus grande fleur connue29L’arum titan a une inflorescence plus haute et plus grande, mais celle-ci est faite de nombreuses petites fleurs, alors que la rafflésie n’a qu’une fleur immense.. Elle sent la viande avariée et peut faire un mètre de diamètre :

Rafflesia arnoldii30Source

Comme si ce n’était pas assez, la rafflésie est une autre plante parasite dont la façon d’exister consiste à germer à l’intérieur de certaines lianes de la jungle sud-est-asiatique pour en sortir sous la forme de gros bouton floral brun avant d’éclore pour montrer au monde sa fleur « cloquée de pustules crémeuses »31dixit Wikipédia. Elle ne possède ni feuilles, ni tiges, ni racines. La rafflésie va droit au but : un appareil reproducteur et puis c’est tout. Imaginons ensemble un animal qui se serait débarrassé de presque toutes ses parties du corps pour ne devenir qu’un immense appareil reproducteur qui croitrait à même un autre animal. En fait, non, vaut mieux ne pas imaginer ça.

Un ancien collègue à moi a déjà fait une jolie illustration du cycle de vie de Rafflesia arnoldii qui comprend l’essentielle référence à Pokémon32Par Manvir Singh, source :

 

Plante qui est en fait secrètement un extraterrestre en mission d’observation sur notre planète

Quiz : laquelle de ces trois images ne montre pas une plante?

Réponse : la deuxième image est un shai-hulud, un ver des sables sorti de l’univers de science-fiction de Dune33Source de l’image. Les deux autres images montrent des plantes du genre Hydnora, soit respectivement H. africana34Source de l’image et H. esculenta35Source de l’image.

Bon, le quiz n’est pas difficile, mais quand même, mettre une plante à côté d’un shai-hulud sans que ça ait l’air bizarre, ça en dit long.

Je ne sais pas trop ce qu’est Hydnora. Il semble s’agir d’une autre plante parasite qui a décidé de se passer de chlorophylle. Mais pourquoi sent-elle les excréments? Pourquoi se reproduit-elle en séquestrant des scarabées pour les relâcher lorsqu’elle éclôt? Pourquoi, partiellement ouverte, ressemble-t-elle à une vulve? Pourquoi a-t-elle des dents?

Soit Hydnora est une créature extraterrestre venue consumer nos ressources, soit il s’agit d’une plante en grand besoin d’aide psychologique. À moins que ce soit un canular. J’espère que c’est un canular.

Je dois m’arrêter là, car (heureusement) il semble qu’Hydnora soit vraiment la plante la plus abracadabrante de la planète. Si toutefois vous avez soif d’autres bizarreries, consolez-vous en vous disant qu’il existe, hors du règne végétal, des champignons capables de transformer des animaux en zombies avant de leur transpercer la tête pour disperser leurs spores. Charmant.

2 commentaires


  1. Merci pour cette belle vulgarisation d’une botanique méconnue et décrite de façon autant humoristique. Le récit , à la fois éducatif et passionnant, réussit à nous tenir en haleine au gré de toutes ces originalités que la nature nous offre. L’écriture est invitante et le texte est lisible. Les images sont convaincantes et les dessins font ce qu’ils ont à faire.
    Bref, chapeau à l’auteur!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *