151 ans de premiers ministres québécois (troisième partie)

Il y a un an, j’entamais ma légendaire série sur les premiers ministres québécois, de Chauveau à Flynn et de Marchand à Bertrand. À la demande générale1c’est-à-dire deux lecteurs, je la termine aujourd’hui, en partant de Bourassa pour aller jusqu’à Couillard. Au menu : le Québec récent, de 1970 à 2018 — avec tout ce que ça comporte de querelles constitutionnelles, de référendums et de gouvernements minoritaires.

Prenons le temps de regarder ce graphique une dernière fois :

Nous serons aujourd’hui en bas à droite de cette figure, juste après la dernière barre bleu foncée de l’Union nationale.

On se rappellera peut-être que j’avais pondu, la dernière fois, un classement hyper-arbitraire des meilleurs premiers ministres :

  1. Lesage
  2. Gouin
  3. Mercier
  4. Chapleau
  5. Godbout
  6. Johnson père
  7. Taschereau
  8. Duplessis
  9. Boucher de Boucherville
  10. Sauvé
  11. Marchand
  12. Chauveau
  13. Bertrand
  14. Parent
  15. Ouimet
  16. Ross
  17. Taillon
  18. Joly de Lotbinière
  19. Flynn
  20. Mousseau
  21. Barrette

Je me garderai bien de commenter l’actualité politique, aussi les premiers ministres du 21 siècle (Landry, Charest, Marois, Couillard) ne feront pas partie de mon classement final.

Au fait, saviez-vous qu’il y a une page Wikipédia sur les Sobriquets des personnalités politiques au Québec? L’existence de cet article me réjouit beaucoup. Je vais inclure les surnoms ci-dessous.

Sur ce, montez dans votre machine à voyager dans le temps préférée, et réglez le compteur au 29 avril 1970, aux dernières heures de l’Union nationale en tant que gouvernement…

 

*

22) Robert Bourassa

Dates : né en 1933, mort en 1996, premier ministre de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994

Région d’origine : Montréal

Profession : avocat et économiste

Parti : libéral

Pilosité faciale : aucune

Surnoms : Boubou, le mangeur de hot-dogs, l’homme le plus détesté du Québec

L’un des premiers ministres les plus marquants de l’histoire du Québec, Robert Bourassa me semble aussi le plus ambigu. Il a été un nationaliste détesté des anglophones. Il a été un fédéraliste détesté des souverainistes. Il a fait face à de nombreux événements importants, de la crise d’Octobre à la crise d’Oka — et la difficulté que beaucoup ont à évaluer l’héritage de Bourassa vient sans doute du fait qu’il était une figure politique de premier plan durant la période la plus complexe de l’histoire québécoise.

Mandat : Avec un slogan qui était peut-être audacieux à l’époque mais qui sonne désespérément banal aujourd’hui, « 100 000 emplois », Robert Bourassa terrasse l’Union nationale et redonne le pouvoir aux libéraux en avril 1970. Le « jeune administrateur compétent », éduqué à Oxford et à Harvard, est mis à l’épreuve dès l’automne par un maléfique mois d’Octobre qui enlève et assassine un de ses ministres. Bourassa demande à Pierre Elliott Trudeau d’envoyer l’armée. Le mois d’Octobre finira par battre en retraite, mais Bourassa a eu le temps de se faire une réputation de mauvais gestionnaire de crise.

Les années 70 sont celles de la montée du jeune Parti québécois. Pour tuer l’adversaire dans l’œuf, Bourassa déclenche des élections anticipées en 1973, alors que les péquistes sont mal préparés2et l’Union nationale en déroute totale, si bien qu’elle ne fera élire aucun député en 1973. Le succès est monstrueux : 102 des 110 sièges, la plus grande majorité de l’histoire de l’Assemblée nationale. Ça marche tellement bien que Bourassa ne peut s’empêcher d’employer la même tactique trois ans plus tard — mais cette fois, l’échec est complet. Le PQ prend le pouvoir et Bourassa perd dans sa propre circonscription.

Dans l’intervalle, en 1974, il avait fait adopter la loi faisant du français la seule langue officielle du Québec. Ça a fâché autant les anglophones que les francophones nationalistes qui en réclamaient plus. Au moment de sa défaite, tout le monde l’haït, ce qui explique pourquoi il se réfugie dans des universités étrangères pendant plusieurs années.

Mandat (bis) : Tel un Napoléon, tel un Nixon, Bourassa effectue un spectaculaire retour en politique en redevenant chef des libéraux et en remportant les élections de 1985. C’est d’autant plus spectaculaire qu’il est (encore) défait comme député, et qu’il lui faut sacrifier un agneau libéral élu dans un château-fort3un certain Germain Leduc afin de refaire son entrée triomphale à l’Assemblée nationale. Il gouverne le Québec pendant neuf autres années pleines de rebondissements. Citons son utilisation de la clause nonobstant pour passer outre un jugement de la Cour suprême qui invalidait une partie de la Loi 1014Ce qui encore une fois fâche les anglophones, au point de faire élire des députés non-libéraux dans l’ouest de l’île de Montréal, chose impensable aujourd’hui, ainsi que ses multiples efforts couronnés d’échecs pour réformer le statut constitutionnel du Québec au sein du Canada (l’accord du Lac Meech, l’accord de Charlottetown).

En vrac :

  • Plus jeune premier ministre du Québec, à 36 ans5Mais Wikipédia nous rappelle que « Louis-Hippolyte La Fontaine est devenu Premier ministre du Canada-Est à l’âge de 34 ans en 1842, avant la création du Dominion. »
  • La plus grande centrale hydroélectrique souterraine au monde porte son nom
  • Son fils est pianiste jazz

Équivalent en 2018 : François Legault, pour son mélange de fédéralisme tiède et de nationalisme mou.

 

23) René Lévesque

Dates : né en 1922, mort en 1987, premier ministre de 1976 à 1985

Région d’origine : Gaspésie

Profession : journaliste

Parti : québécois (précédemment libéral)

Pilosité faciale : aucune (mais il avait un pas pire combover)

Surnom : Ti-Poil

René Lévesque, ou selon les GPS en anglais qui essaient de naviguer sur certain boulevard, « Renay Levesskw », est le plus légendaire de nos premiers ministres. Comment écrit-on la courte biographie semi-humoristique d’une légende historique? Aidez-moi quelqu’un.

Intéressé dès son adolescence par le journalisme, Lévesque s’engage pendant la Seconde Guerre mondiale comme correspondant bilingue pour la radio américaine Voice of America, à Londres. Il passe la fin de la guerre à combattre pour les États-Unis en France, en Allemagne et en Autriche. De retour au pays, il  travaille comme reporter et animateur de télévision, se lance en politique en 1960, devient ministre dans le gouvernement Lesage, nationalise au passage l’hydroélectricité. Après la défaite des libéraux contre l’Union nationale, il quitte le parti pour fonder ce qui deviendra en 1968 le Parti québécois.

Mandat : Le PQ ne fait élire que quelques députés contre Bourassa en 1970 et en 1973, mais il remporte haut la main les élections de 1976. C’est un séisme politique. Le Canada anglais capote. Le pays va-t-il imploser?

En fait, Lévesque est un nationaliste assez prudent, qui propose la « souveraineté-association » avec le Canada plutôt que l’indépendance pure et simple, et qui n’organisera un référendum sur la question que vers la fin de son mandat, en 19806référendum qui porte notamment sur… la tenue d’un deuxième référendum. Cette prudence était sans doute en partie le fruit d’un calcul politique, et en partie à cause de sa personnalité. Outre le référendum, le geste le plus marquant de son gouvernement fut l’adoption de la Charte de la langue française, aussi appelée Loi 101.

Après la défaite référendaire, Lévesque est encore populaire et gagne les élections de 1981. S’ouvre alors l’époque des grandes négociations constitutionnelles avec le fédéral — qui ne se passent pas très bien pour Lévesque. Lorsque toutes les autres provinces et le fédéral s’entendent lors de négociations secrètes pendant la nuit des longs couteux, il se sent trahi. Le reste de son mandat est difficile, et des ennuis de santé le poussent à démissionner en 1985, deux ans avant sa mort.

En vrac :

  • Avec Joly de Lotbinière, seul premier ministre à n’être pas né au Québec. Mais c’est juste parce que l’hôpital le plus proche de son village natal de New Carlisle7New Carlisle qui est d’ailleurs un village principalement anglophone. Je me demande ce que ses habitants pensent de leur plus illustre concitoyen et du monument qui lui est consacré. était au Nouveau-Brunswick.
  • A commencé des études en droit à Québec, mais les a abandonnées parce qu’il « passait plus de temps à jouer au poker qu’à assister à ses cours »8Source : Wikipédia citant Graham Fraser, Le Parti québécois, Éditions Libre Expression, Outremont (Québec), 1984
  • A fait la narration du premier long-métrage sonore du Québec, un film religieux intitulé À la croisée des chemins (1943)
  • Fait partie des premiers à avoir vu les horreurs du camp de concentration de Dachau pendant la libération de l’Allemagne
  • Pendant qu’il était premier ministre, il a écrasé par accident un sans-abri avec son auto.
  • Sur sa tombe sont gravés des mots de Félix Leclerc, ce qui est quand même quelque chose.

Équivalent en 2018 : François Legault, qui tente de faire percer un nouveau parti, la CAQ, comme le Parti québécois en 1976.

 

24) Pierre Marc Johnson

Dates : né en 1946, premier ministre d’octobre à décembre 1985

Région d’origine : Montréal

Profession : avocat et médecin

Parti : québécois

Pilosité faciale : barbiche et moustache

Le deuxième de trois Johnson à occuper le poste de premier ministre — tous pour des partis différents, je le rappelle —, Pierre Marc se fait élire en 1976, devient ministre, et est choisi pour succéder à Lévesque dans une course à la chefferie en 1985 (battant ainsi, en deuxième place, nulle autre que Pauline Marois). Sa principale distinction est d’avoir dirigé le gouvernement le plus bref du Québec : 3 mois, 9 jours.

Mandat : Ce fut très court et ce paragraphe se doit de l’être aussi. Le seul accomplissement que j’ai pu trouver, c’est d’avoir négocié la participation du Québec aux sommets de la Francophonie, indépendamment d’Ottawa. Tout comme René Lévesque vers la fin de son règne, il met la souveraineté en veilleuse. En décembre 1985, Zombie Bourassa s’avère un adversaire trop coriace pour lui.

En vrac :

  • Seul premier ministre dont les initiales sont les mêmes que celles de « premier ministre »
  • A refusé d’appuyer le Oui au référendum de 1995
  • Lauréat du prix du premier ministre qui ressemble le plus à Luc Ferrandez
  • Il pratique toujours le droit, si jamais ça vous tente d’engager un ancien premier ministre comme avocat

Équivalent en 2018 : François Legault, pour avoir été souverainiste puis avoir changé d’idée.

 

25) Daniel Johnson fils

Dates : né en 1944, premier ministre de janvier à septembre 1994

Région d’origine : Montréal

Profession : avocat et homme d’affaires

Parti : libéral

Pilosité faciale : aucune

Le jumeau maléfique ou bienveillant — selon vos allégeances politiques — de Pierre Marc9ils ne sont pas jumeaux pour vrai, Daniel est plus vieux de deux ans, Daniel Johnson a atteint la plus haute sphère du pouvoir de la même façon que son frère : en attendant la démission d’un premier ministre malade et en fin de régime.

Mandat : Encore une fois c’est très bref : 8 mois et 15 jours. Les deux fils de Daniel Johnson père n’auront donc même pas duré, ensemble, aussi longtemps que son mandat écourté par une crise cardiaque. Le gouvernement de Daniel Johnson fils ne semble pas avoir eu le temps de réaliser grand-chose, à part privatiser la station de ski du Mont Sainte-Anne. Après sa défaite contre le PQ de Jacques Parizeau, il demeure chef de l’opposition et dirige la campagne du Non lors du référendum de 1995 — sans aucun doute son rôle le plus important dans l’histoire du Québec.

En vrac :

  • Power Corporation, la compagnie malfaisante qui contrôle le Québec dans l’ombre pour le bénéfice des fédéralistes (en tout cas selon certains souverainistes), c’est un peu lui : il y a travaillé de 1973 à 1981, y compris comme vice-président.

Équivalent en 2018 : François Legault, lui aussi homme d’affaires.

 

26) Jacques Parizeau

Dates : né en 1930, mort en 2015, premier ministre de 1994 à 1996

Région d’origine : Montréal

Profession : économiste

Parti : québécois

Pilosité faciale : moustache en chevron

Surnoms : Monsieur, Belette vibrante (chez les scouts)

Un autre géant du mouvement souverainiste, et celui qui est passé le plus près de réaliser l’objectif de fonder la République du Québec. Originaire de la bourgeoisie montréalaise, il étudie aux HEC, à Paris et à Londres, et devient un influent conseiller économique pour à peu près tous les gouvernements à partir de Lesage. On le qualifie de bâtisseur du Québec moderne. Il est le ministre des finances de René Lévesque, mais quitte momentanément le PQ quand ce dernier prend le virage du Beau Risque10soit le risque de continuer à appartenir à un Canada qui serait constitutionnellement réformé; il y revient, comme chef, après la démission de P. M. Johnson.

L’échec des accords du Lac Meech et de Charlottetown, qui devaient réformer la constitution et satisfaire les demandes du Québec, donne une bonne poussée dans le dos au mouvement souverainiste. Ça mène à la grande victoire du Bloc québécois de Lucien Bouchard sur la scène fédérale, puis à l’élection de Parizeau en 1994.

Mandat : À la différence de Lévesque, Parizeau est un souverainiste pressé qui ne perd pas de temps à organiser un référendum sur l’indépendance, même si les sondages ne lui donnent pas plus de 40 % d’appui. La suite est connue : 49,4 % pour, 50,6 % contre. Dans son discours de défaite, Parizeau décide de marquer l’histoire au crayon feutre indélébile en prononçant une formule magique qui permet de mettre le feu immédiatement à toute discussion politique, même 23 ans plus tard : « C’est vrai qu’on a été battus, au fond, par quoi? Par l’argent puis des votes ethniques, essentiellement. »

Parizeau était résolu à démissionner en cas d’échec, et c’est ce qu’il a fait, si bien que son mandat se définit presque entièrement par le référendum. Lucien Bouchard, plus populaire que lui, prend sa place.

En vrac :

  • Premier ex-premier ministre à être qualifié de « belle-mère » parce qu’il commentait la politique après son retrait
  • Il a possédé un vignoble dans le sud de la France et fabriqué un vin qui fut brièvement vendu à la SAQ. Mais le vin a vite été retiré des tablettes parce qu’il était « imbuvable ».
  • Au moment d’écrire ceci, dernier premier ministre à mourir

Équivalent en 2018 : François Legault. Ils ont tous deux étudié aux HEC. Ils ont tous deux présenté un « budget de l’an 1 »11l’an 1 d’un hypothétique Québec souverain, Parizeau en 1973, Legault en 2005.

 

27) Lucien Bouchard

Dates : né en 1938, premier ministre de 1996 à 2001

Région d’origine : Saguenay–Lac-Saint-Jean

Profession : avocat

Parti : québécois

Pilosité faciale : aucune

Surnom : Lulu

Lucien Bouchard est souvent décrit comme un personnage complexe, dont les orientations politiques ont souvent changé. Il est d’abord militant pour le PQ, mais sa carrière prend rapidement un tour très différent grâce à son amitié personnelle avec un certain Brian Mulroney12ils se sont rencontrés lors de leurs études en droit à l’Université Laval. Devenu premier ministre du Canada pour les progressistes-conservateurs, Mulroney fait de Bouchard un ambassadeur en France, puis un ministre de l’Environnement. Bouchard croyait que les réformes constitutionnelles de Mulroney pourraient être suffisantes pour le Québec; lorsqu’elles échouent, il redevient souverainiste et en fait lire l’annonce par Parizeau à une réunion du PQ au Lac-Saint-Jean. Brian Mulroney apprend la chose à la radio, ce qui le met en beau maudit. Il démet Bouchard de son poste, le boute hors de son parti, et met fin à leur belle amitié. Paraît qu’ils ne se sont jamais reparlé depuis.

Mais la carrière de Bouchard ne fait que commencer. À la tête du tout nouveau Bloc québécois, il devient Chef de l’Opposition officielle à Ottawa, dirige officieusement la campagne du Oui en 1995, et enfin délaisse la politique fédérale pour remplacer Parizeau.

Mandat : Bouchard mène le PQ à sa dernière grande victoire en 1998, mais cette victoire est assombrie par un nombre de voix inférieur à celui des libéraux. Il met l’accent sur l’atteinte du déficit zéro, et déclare ne pas vouloir lancer de troisième référendum tant que les «conditions gagnantes » ne seront pas réunies. Elles ne le seront jamais. Bouchard démissionne en 2001.

En vrac :

  • Il est le frère du sociologue Gérard Bouchard, le « Bouchard » dans « commission Bouchard-Taylor »
  • Laquelle de ces deux expressions est la plus terrifiante : fasciite nécrosante, ou bactérie mangeuse de chair? Il s’agit de la même chose, et de ce qui a coûté à Lucien Bouchard une jambe peu avant le référendum. Comme c’est une maladie rare, Bouchard en est probablement sa victime la plus célèbre.

Équivalent en 2018 : François Legault, pour leurs positions économiques de droite.

 

28) Bernard Landry

Dates : né en 1937, premier ministre de 2001 à 2003

Région d’origine : Lanaudière

Profession : avocat

Parti : québécois

Pilosité faciale : aucune

Bernard Landry est le dernier premier ministre à n’avoir jamais été élu. Son parcours est assez classique pour un péquiste : avocat, ministre sous Lévesque, professeur d’université, ministre et vice-premier ministre sous Parizeau. Il accède au plus haut poste du gouvernement après la démission de Lucien Bouchard, lors d’une course à la chefferie où il est le seul candidat.

Mandat : Son principal accomplissement est la Paix des Braves, un traité avec les Cris sur le développement du Nord québécois. Aux élections de 2003, le PQ semble en bonne voie d’obtenir un 3e mandat consécutif. En fait, ça va si bien que Landry s’autorise une sieste quotidienne, et que ses collaborateurs parlent d’une campagne « camomille ». Mais Landry aurait peut-être dû sacrifier son sommeil, parce que tout se gâte vers la moitié de la campagne électorale, et ce sont les libéraux de Jean Charest qui finissent en première place.

En vrac :

  • Premier premier ministre à recevoir l’Ordre du mérite de Bavière (pas aussi cool que l’Ordre du Double Dragon, mais quand même)
  • Le documentaire À hauteur d’homme suit Bernard Landry pendant la campagne électorale de 2003
  • En 2018, plus vieux premier ministre encore en vie

Équivalent en 2018 : François Legault, car Landry et lui ont tous deux critiqué le fait que le Québec reçoive des paiements de péréquation.

 

29) Jean Charest

Dates : né en 1958, premier ministre de 2003 à 2012

Région d’origine : Estrie

Profession : avocat

Parti : libéral

Pilosité faciale : aucune

Surnoms : Patapouf13Dixit Wikipédia : « ce surnom de clown provient d’une rumeur, que Jean Charest a démentie, selon laquelle c’était le surnom que lui donnait son épouse. », Patapouf Premier, le Mouton, le Frisé, le P’tit Saint-Jean-Baptiste

Ah, ce cher Jean Charest. Il est encore tout frais dans notre mémoire collective. Ce fut notre premier ministre le plus non-périssable depuis Bourassa, et donc forcément une figure marquante du Québec au début du 21e siècle.

Le premier ministre le plus frisé du Québec fait d’abord, en même temps que Lucien Bouchard, une carrière chez les progressistes-conservateurs fédéraux. Il est nommé au cabinet par Mulroney à l’âge de 28 ans, ce qui fait de lui le plus jeune ministre fédéral de l’histoire. (Ce n’est sans doute pas une coïncidence s’il était ministre de la Jeunesse.) Il se porte candidat pour succéder à Mulroney en 1993, mais il perd 47 à 53 % contre Kim Campbell, passant ainsi à ça de devenir premier ministre du Canada à 35 ans.

L’élection de 1993 est apocalyptique pour les progressistes-conservateurs. Un astéroïde tombe sur le Canada et annihile tous leurs députés. Tous? Non! Deux d’entre eux survivent, dont le député de Sherbrooke, Jean Charest, qui devient le chef du parti. Mais les élections suivantes ne se passent pas beaucoup mieux; Charest décide de réviser ses ambitions et fait le saut en politique provinciale.

Mandat : Après avoir perdu une fois contre Lucien Bouchard, Charest prend sa revanche contre Landry en 2003. Ça s’enligne pour trois mandats consécutifs (une première depuis Duplessis) dont un minoritaire, au milieu (une première depuis le 19e siècle). Que dire au sujet de ces neuf années? On en connaît les grandes lignes. La « réingénierie » de l’État. Les défusions municipales. Le Plan Nord. Les grèves étudiantes liées à la hausse des frais de scolarité, en 2012, qui finissent par mener à sa perte.

En vrac :

  • Son nom de baptême est John James Charest, mais tout le monde l’a toujours appelé Jean et apparemment le « John » est de la faute du prêtre irlandais qui l’a baptisé (la mère de Jean Charest est d’origine irlandaise)
  • Deuxième premier ministre à recevoir l’Ordre du mérite de Bavière (OK, on s’en fout, mais ce serait pas juste de le mentionner pour Landry et pas Charest)
  • À une certaine époque, googler « mouton insignifiant » vous emmenait directement sur la page de Jean Charest. Je ne sais pas qui a fait ça mais ce n’est pas très gentil.
  • Il pratique maintenant le droit chez McCarthy Tétrault, qui nous offre cette biographie de Charest en chinois

Équivalent en 2018 : François Legault, dont le Projet Saint-Laurent est l’équivalent méridional du Plan Nord.

 

30) Pauline Marois

Dates : née en 1949, première ministre de 2012 à 2014

Région d’origine : Chaudière-Appalaches

Profession : travailleuse sociale

Parti : québécois

Pilosité faciale : aucune

Surnoms : la dame de béton, la Castafiore

Avec 1 femme sur 31 premiers ministres, on est bien loin de la parité, mais au moins il y en a une, et elle s’appelle Pauline Marois. Son gouvernement bref — 19 mois — et pas spécialement efficace pourrait faire oublier qu’elle est une figure majeure de la politique québécoise pendant plus de 30 ans. En fait, il s’agit de la personnalité qui a cumulé le plus de fonctions ministérielles au Québec : ministre de la Condition féminine sous Lévesque, à l’âge de 32 ans, et ministre d’À peu près tout14Santé, Services sociaux, Éducation, Finances, Famille, Science, Commerce, Industrie, Administration, Conseil du Trésor, et elle a aussi été vice-première ministre sous le trio Parizeau/Bouchard/Landry. Elle a aussi eu sa part de courses à la chefferie, qu’elle a perdues deux fois (en 1985 contre Pierre Marc Johnson et en 2005 contre André Boisclair). Persévérante, Marois finit par être couronnée chef du Parti québécois en 2007.

Mandat : C’est sur fond de crise étudiante que Pauline Marois s’empare du pouvoir en 2012. Richard Henry Bain n’est pas d’accord avec ça. Richard Henry Bain est un anglophone des Laurentides qui décide que la réaction la plus appropriée à l’élection de Marois est de se présenter à sa cérémonie de victoire en robe de chambre avec deux armes semi-automatiques, et de tirer dans le tas. Il fait un mort. Pendant son arrestation, on l’entend crier : « Les Anglais sont réveillent [sic] ».

Je ne sais pas de quels Anglais il parlait, mais espérons qu’ils soient sagement retourner s’endorment.

Marois ne se fait pas assassiner ce soir-là, ce qui lui permet de gouverner. Le résultat serré de l’élection — 31,95 % contre 31,20 % pour les libéraux — ne lui donne toutefois qu’un mandat minoritaire. L’année et demie suivante ne se passe pas trop bien pour elle. Son gouvernement ne semble pas des plus compétents, et son projet de Charte des valeurs québécoises provoque le débat de société le plus polarisant et le plus désagréable de l’histoire récente du Québec. L’opinion publique lui devient plus favorable vers la fin, mais la campagne électorale qu’elle déclenche elle-même se solde par une défaite désastreuse contre les libéraux de Philippe Couillard.

En vrac :

  • À sa première élection comme députée, elle est enceinte jusqu’aux yeux et accouche 11 jours plus tard
  • Son surnom de « Castafiore » vient de son ancienne demeure, un luxueux château sur l’Île Bizard qui ressemble au château de Moulinsart dans Tintin

Équivalent en 2018 : François Legault, qui a comme elle occupé les deux plus gros postes ministériels du Québec : santé et éducation.

 

31) Philippe Couillard de Lespinay

Dates : né en 1957, premier ministre à partir de 2014

Région d’origine : Montréal

Profession : médecin

Parti : libéral

Pilosité faciale : barbe complète

C’est en l’an de grasce 1588 que naist prés de Sainct Malo le sieur Guillaume Couillard, que a l’aage de environ vingt deux ans faict le voyage en la Nouvelle France pour y s’etablir. Il epouse a Québec Marie Rollet qui a de luy dix enfans. Dans l’année 1654 il est faict, par Sa Majesté le Roy Louis XIV, sieur de l’Espinay, pour ses belles actions dans le pays de Canada.

Si vous êtes passé à travers mon pseudo-vieux français au sujet de l’ancêtre paternel direct de Philippe Couillard, vous aurez compris que sa famille appartient à l’élite depuis les premiers temps de la colonie. Fils de scientifique, Philippe Couillard conserve son statut social en fréquentant le Collège Stanislas de Montréal puis en devenant médecin à 22 ans — et pas n’importe quelle sorte de médecin : un neurochirurgien. On n’a visiblement pas affaire à un deux de pique.

Après quelques années passées au merveilleux Royaume d’Arabie saoudite pour mettre en place un service de chirurgie, Philippe Couillard revient au Québec et devient ministre de la Santé dans le gouvernement Charest. Une petite pause de politique plus tard, il succède à Charest comme chef du Parti libéral et à Marois comme premier ministre du Québec, le premier depuis Boucher de Boucherville à avoir un nom qui inclut la particule « de »15OK, pas vraiment, dans les faits personnes ne dit « de Lespinay ». J’ignore pourquoi; moi, avoir un nom comme ça, je m’en servirais tout le temps..

Mandat : Je vais m’abstenir de commenter son gouvernement tant qu’il n’est pas terminé. De toute façon, on va entendre parler de son bilan jusqu’à plus soif, d’ici les élections d’octobre.

En vrac :

  • La maison de Guillaume Couillard de Lespinay est un lieu historique dans le Vieux-Québec16merci à L. pour la photo :
  • Amateur d’histoire, Philippe Couillard est un fan de Napoléon et il a déjà donné une conférence au sujet des guillotines

Équivalent en 2018 : François Legault.

*

Et voilà! 31 premiers ministres, sagement cordés dans trois articles de blogue qui essaient, contrairement à 100 % des sources que j’ai lues, d’être au moins un peu divertissants. J’espère que vous avez aimé.

(Je m’excuse pour les dessins vraiment pas beaux)

(En particulier Jean Charest. Pardon, Jean)

Voici mon classement final des 27 premiers ministres ayant gouverné avant le 21e siècle :

  1. Lesage
  2. Lévesque
  3. Gouin
  4. Bourassa
  5. Mercier
  6. Chapleau
  7. Godbout
  8. D. Johnson père
  9. Parizeau
  10. Taschereau
  11. Duplessis
  12. Bouchard
  13. Boucher de Boucherville
  14. Sauvé
  15. Marchand
  16. Chauveau
  17. Bertrand
  18. Parent
  19. Ouimet
  20. Ross
  21. Taillon
  22. Joly de Lotbinière
  23. Flynn
  24. D. Johnson fils
  25. Mousseau
  26. P. M. Johnson
  27. Barrette

Si vous avez tout lu jusqu’ici, vous devez avoir un certain intérêt pour la politique québécoise, et donc vous savez que la prochaine élection est prévue pour le 1er octobre prochain. La grande question est donc : qui succèdera à Philippe Couillard pour devenir 32e premier ministre du Québec?

Philippe Couillard permettra-t-il à l’article de rester à jour pendant encore quatre ans?

Jean-François Lisée sera-t-il le premier premier ministre à être né dans la région Chaudière-Appalaches?

François Legault brisera-t-il l’alternance entre péquistes et libéraux qui perdure depuis 1970?

Manon Massé marquera-t-elle l’histoire en matière de pilosité facile gouvernementale?

Rendez-vous en octobre. D’ici là, je vous souhaite une bonne campagne électorale étendue! (Avec ce que ça implique de politiciens qui vont participer à des barbecues, d’ailleurs c’est déjà commencé.)

*

Principales sources

Wikipédia

Assemblée nationale du Québec

Encyclopédie canadienne

4 commentaires


  1. Bravo mon beau Étienne ! Très divertissant ! 😅 xx

    Répondre

  2. Le petit sourire en coin de Charest sur son dessein vaut le détour !
    rien que pour ça ces petits dessein mérite d’exister :c

    Répondre

  3. Mais il sont bien ces dessins ! Tout comme la présentation en générale. Rendre amusant ce qui est plat et important, c’est tout un art. Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *